L'option verte

92 | Sortie de crise : L’option verte

L'option verte
L’option verte

Edito | L’option verte

Les trois piliers du développement durable (social, économique et environnemental) sont en bien mauvais état : creusement des inégalités, récession mondiale, changements climatiques, érosion de la biodiversité et finitude des ressources. En guise de projet de rénovation, la transition vers une économie verte vise à protéger l’environnement grâce à de nouvelles solutions technologiques, créatrices d’emplois et futurs moteurs d’une croissance durable (ou « croissance verte »). Affronter les problèmes environnementaux invitent donc à transformer l’appareil industriel vers une économie moins consommatrice de ressources naturelles et moins émettrice de carbone.

Cette trajectoire peut suivre au moins trois pistes composant une stratégie globale (le « Green New deal ») : la recherche de ruptures technologiques, l’augmentation volontariste de l’efficacité énergétique (sobriété) et la modification des signaux-prix pour internaliser le coût des émissions dans la chaîne de production (taxe carbone par exemple). Une stratégie multiforme sachant également que le terme « vert » appelle des priorités différentes selon les pays avec toutefois une conviction partagée : plus la transition verte sera engagée rapidement dans un pays, plus son avantage compétitif sera important.

C’est dans ce contexte qu’ont été adoptés dans plus d’une vingtaine de pays des plans de relance économique, dont on estime qu’environ 15% du montant total sont affectés à l’économie verte. Le rail arrive en tête de ces investissements publics verts, devant les infrastructures électriques, l’eau et les déchets, l’efficacité énergétique des bâtiments, les énergies renouvelables, les technologies de capture et de stockage du carbone et, enfin, les véhicules à faible intensité carbone.

Bien sûr, on peut douter du caractère « vert » de certains programmes et du niveau de la transition engagée : le rail ne constitue pas en soit un grand basculement et certains projets d´infrastructures pourraient avoir un impact préjudiciable sur les écosystèmes. À la faveur d´un tour de passe-passe budgétaire, des investissements peuvent opportunément se retrouver dans la colonne « vert ». La tentation de l´éco-blanchiment (greenwashing) est grande…

Ensuite, cette transition nécessite une action à long terme, éloignée de l´urgence de la sortie de crise et qui ne correspond pas au calendrier électoral des pouvoirs publics ou à celui des acteurs privés soumis à un devoir de rentabilité court-termiste. Et pendant ce temps, la reprise qui se dessine repose sur les mêmes fondations qui ont conduit à la crise…

Enfin, l´avènement d´un modèle durable grâce aux technologies vertes suscite bien des réserves, notamment du côté des promoteurs de la décroissance : on attendrait du marché, de la croissance et des technologies qu´ils nous sortent de l´impasse dans laquelle ils nous ont conduits. Ceci est pour eux un leurre tant que ne seront pas sérieusement remis en cause les modes de production et de consommation et, plus généralement, les modes de vie. Faute de quoi, le projet de croissance verte se réduirait à « polluer moins pour polluer plus longtemps ».

Il n´empêche, ces projets de relance verte constituent bien un puissant signal envoyé à toute une galaxie d´acteurs (innovateurs, entrepreneurs, politiques, consommateurs, etc.) qui ont le pouvoir de décision. En dépit de l’échec de la conférence sur le climat de Copenhague, la relance verte fixe donc un objectif collectif mobilisateur, déclinable à l’envie et à différentes échelles.

Damien Conaré
Rédacteur en chef

Sommaire

  • Histoire| économie et environnement 
    Jean-Pierre Revéret
    Université du Québec à Montréal
  • économie| à crise systémique, réponse systémique
    Dominique Plihon
    Université Paris-XIII
  • Système financier| Crise ou catalyse ?
    Paul Dembinski
    Observatoire de la finance
  • Bien-être| Pour une autre mesure
    Dominique Méda
    Centre d’études de l’emploi
  • Modèles économiques| Objecteurs de croissance
    Entretien avec Baptiste Mylondo
    Association Recherche & décroissance
  • REPÈRES Les trois sources des plans verts
  • REPÈRES Scénarios de crise
  • Arènes et acteurs| La voie de l’économie verte
    Entretien avec Pavan Sukhdev
    Programme des Nations unies pour l’environnement
  • Union européenne| Passage au vert ?
    Jean-Marc Nollet
    Ministre wallon du développement durable
  • France| l’esprit du Grenelle,Michèle Pappalardo, Commissaire générale au développement durable
  • Chine| Le grand bond en avant vert ?,Jun Li, Institut du développement durable et des relations internationales
  • San Jose (Californie)| Quelle est verte ma Valley,
    Nanci Klein, City of San Jose
  • Afrique du Sud| Vert progressif,
    Thierry Giordano et Neva Makgetla, Development Bank of Southern Africa
  • Cleantech|Financements, êtes-vous là ?
    Nicolas Chaudron et Michaël Salomon, AGF Private Equity
  • REPÈRES Relance verte dans le monde
      • DOSSIER Corée

      • économie et société| Une modernisation record Hyuk-rae Kim Yonsei University

      • Séoul| Ville géante, cités radieuses Entretien avec Valérie Gelézeau Ecole des hautes études en sciences sociales

      • économie verte| Retour à la planification Kyung-hwa Chung Sciences-Po

      • Plan de relance| Vous avez dit « vert » ? Sun-jin Yun Seoul National University

      • Croissance verte| La route du futur Baptiste Perrissin Fabert Conseil économique pour le développement durable

      • Corée| Ce n’est pas la faute de Dieu Cho Sehéi

      • L’ACTUALITé DU TRIMESTRE sélectionnée par la rédaction du Courrier de la planète